Site Overlay

Qu’ai-je pensé du restaurant Hell’s Kitchen de Gordon Ramsay à Las Vegas ?

Je n’ai jamais vu un épisode, ni même un morceau, de l’émission à succès de Gordon Ramsay, Hell’s Kitchen en anglais (ça y est, vous comprenez le choix très marketing du nom de son restaurant à Vegas ?).

Les émissions culinaires, en général, me frustrent ; je ne trouve aucun plaisir à regarder les gens défiler autour d’aliments qui ne sont pas immédiatement accessibles pour moi. D’après ce que j’ai compris, Ramsay aime crier, et j’aime m’asseoir tranquillement, aussi à l’abri des drames qu’une personne qui participe à 17 discussions de groupe peut l’être de façon réaliste.

Mais en mars dernier, j’ai décidé de me rendre au restaurant Gordon Ramsay’s Hell’s Kitchen, récemment ouvert à Las Vegas, qui s’inspire du décor du spectacle (avec des chefs vêtus de bleu et de rouge, comme le sont les concurrents), pour voir pourquoi tout ce tapage était si important.

Comme Ramsay l’a dit au L.A. Times, « C’est comme marcher dans la cuisine de l’enfer à Los Angeles. » Située dans le Caesar’s Palace sur le Strip, Hell’s Kitchen accueille les invités à la porte avec une vidéo grandeur nature de Ramsay criant des ordres et des insultes, ce qui me semblait assez juste. A l’intérieur du restaurant au thème de l’Enfer et à la fourche, une foule de surprises m’attendait.

Voici sept pensées à emporter tirés de mon expérience gastronomique au cinquième restaurant Ramsay de Las Vegas.

1. L’espace est aéré, confortable et agréable.

En contraste flagrant avec la façon dont il a été marqué (DAMNATION ! SCREAMING ! HIGH-STAKES CHOPPING !), l’espace est un délice discret, même si le style industriel hellscape est un peu lourd.

Le restaurant est assez grand – il peut accueillir plus de 300 personnes – et il y a suffisamment d’espace pour respirer, et même un grand espace devant la cuisine ouverte où les fans peuvent prendre des photos (et les serveurs offrent gentiment de les prendre pour ceux qui se sentent trop penaud pour demander.) L’ambiance, pour dire les choses simplement, est chaleureuse. Mais pas au chaud comme l’enfer.

2. La nourriture est assez solide.

Bien qu’il se soit forgé une réputation internationale grâce à son spectacle, Ramsay est un chef cuisinier, et même au milieu du spectacle, la qualité de la nourriture ici est aussi forte que ses insultes. Sa signature, le bœuf Wellington, est le summum de ce que ce plat peut être : tendre, profondément savoureux et simple, pas besoin de distractions, juste du bœuf bien assaisonné et un enrobage pâtissier, tous deux impeccablement cuits.

Le dessert au caramel collant, garni de crème glacée douce au spéculoos, ne peut être décrit que comme super sensuel. J’ai tout mangé, en disant « maintenant c’est ma dernière bouchée » avant chaque bouchée. Il y a eu, bien sûr, des faux pas. Le choux Bruxelles couvert de coriandre a été jeté dans une sauce sucrée, mais c’était ma faute pour avoir essayé de manger un légume. Le chou, bien que savoureux grâce au beurre, n’avait pas besoin d’autant de chapelure.

  1. Ai-je mentionné que le thème de l’enfer est autoritaire ? Je l’ai fait ? Eh bien, il vaut la peine de le répéter.

Mais on est à Vegas ! Tout est spectacle, même la nourriture. Lorsque la salade de betteraves dorées fumées est arrivée à ma table, le serveur a soulevé un couvercle de verre arrondi de l’assiette, provoquant une fumée blanche bouffante qui s’est répandue vers le plafond. Un peu miraculeusement, les betteraves, qui se trouvaient sur une riche sauce au yogourt, n’étaient pas trop fumées ; le plat était parfaitement équilibré.

4. Ils ont une bière.

La liste des bières comprend Hell’s Kitchen Special Brew (Hop Revolver IPA) de Stone Brewing, une bière fine d’Escondido, Californie, que vous ne pouvez boire qu’au restaurant. J’ai aimé ça !

5. Le prix est élevé mais pas trop, ce qui le rend accessible à la plupart des touristes de Vegas.

Les entrées généreusement portionnées tournent autour de la fourchette de 20 à 40, bien que l’offre la plus économique soit de loin le menu HK Signature Pre-Fixe, qui à 69 $ vous offre une entrée (les pétoncles poêlés sont recommandés), le puits de boeuf et le pouding au caramel collant pour dessert.

6. Le service est vraiment gentil.

Le personnel fait en sorte que tout le monde se sente le bienvenu. J’ai été touché de voir à quel point les serveurs étaient prêts à prendre des photos de fans devant la cuisine, qui est presque identique à celle de l’émission, me dit-on. Malgré le communiqué de presse initial affirmant que les invités du restaurant « se sentiront transportés sur le plateau du studio, comme s’ils participaient à l’émission de télévision mondialement populaire », les invités sont traités avec plus de grâce, de patience et de gentillesse que les participants de Hell’s Kitchen – ce qui a été un énorme soulagement pour moi, qui suis toujours au bord des larmes.

7. Je regrette de ne pas avoir acheté un t-shirt et un sac fourre-tout « Go To Hell » de la marque « Hell’s Kitchen » à la section des marchandises.

Je dois retourner à Vegas.